Destin


Défi écriture no 71 .

ATelier de Ghislaine 104. Mots imposés:humeur,reconnaître, enjôleur, monsieur, moquer, dérouter, faveur, lèvres, ou texte avec  5 mots finissant par « ine ».

1001230819398144753036911

Jeune fille déroutée par les aléas de la vie, trop  romantique, et monitrice , j’étais entourée par des  élèves, de notre  professeur de danses de salon, qui  nous avait  emmenés dans une station balnéaire  pour faire des démonstrations dans  les casinos de la côte  d’Opale,  je me moquais de leurs plaisanteries, et j’avais l’humeur chagrine.  Nous avons longé  la digue en chantant, le soir pour aller chercher des « guiguis »!

Soudain, nous sommes arrivés  près d’un groupe de gens qui riaient de bon coeur:  un monsieur du village  nous dit qu’un jeune  homme contait des histoires, et je me faufilai au premier rang…Assis sur la digue, vêtu de blanc, un sourire qui fascine, et un regard enjôleur qui ne me quitta  pas, j’ai su que c’était  lui…Je l’ai rencontré dans  mes rêveries  les plus divines. Je l’ai » reconnu ».

Le destin m’offrait , enfin, le bonheur tant attendu, le coup de coeur: faveur qui illumine la vie d’une rêveuse utopiste…

Nous n’avons  pas échangé un seul mot…Il m’invita à danser, lors d’un bal, » en  m’écrasant les pieds » , mais le miracle  s’accomplit lors de promenades marines sur  les plages , dans la  campagne où il m’apprit la nature, et dit  des mots doux du bout des lèvresIl fut  mon premier amour et , après 28 mois, d’une horrible  guerre ( à 19 ans) et 1500 lettres! Nous avons été des aventuriers, dans le monde et je ne regrette rien…Notre fils et nos  petits  enfants  sont magnifiques.

0908180925097666442758171_thumb.gifBisous Dan189601991c986a3dd101f0de32a722e5e5ba8c58c34e3ceaf3be95c0710c3079a44f12c7


44

7 réponses à “Destin

  1. ca y est je vous ai trouvé miss Dan et je sais comment vous avez atterri chez moi merci pour votre commentaire. Joli votre texte c’est une belle histoire plus que personnelle avec de bons souvenirs
    Au plaisir

    J'aime

  2. Merci de ta belle participation . Récit une rencontre et au final d’un premier amour inoubliable et de beaucoup d’aventures qui ont suivies……..
    Gros Bisous ma Dan. Je suis toujours heureuse de te lire……

    J'aime

  3. claudielapicarde

    Regarde ce que j’ai trouvé sur le net , un peu long mais la fin est intéressante pour toi et ton frère.

    LA DANSE
    Turangalila à l’Opéra
    La saison chorégraphique se sera donc refermée sur ce
    Turangalila tant attendu, que les événements de mai ajournèrent et
    qui faillit être repoussé à beaucoup plus tard. Roland Petit vient de
    mettre là au point l’un de ses meilleurs ballets. Réglée sur la partition
    d’Olivier Messiaen, cette oeuvre présente une unité d’inspiration,
    témoigne d’un souffle et d’une nécessité auxquels on ne pourrait reprocher
    que deux ou trois longueurs.
    Sur le thème de l’amour absolu — infini qui ne peut s’épanouir
    complètement que dans une perspective supraterrestre, ne peut se
    concevoir tout à fait que confondu à la notion même de mort, porte
    ouverte sur l’éternité — Roland Petit a conçu un univers chorégraphique
    encore mal dégagé du chaos et comme écrasé sous une effroyable
    pesanteur liquide. Il maintient ses interprètes sous une accablante
    densité aquatique, au fond de cavernes abyssales, sous le poids de
    masses océaniques : les membres de ses danseurs battent comme des
    nageoires, ondulent, se nouent et se dénouent avec des lenteurs visqueuses,
    des glissements huileux de flore ou de faune sous-marines.
    Dans l’ordre technique, on observe une sorte de parti pris reptatoire
    : l’élan des danseurs ne tend pas vers la verticale, ne se déploie
    plus en hauteur, mais s’étend à l’horizontale dans un mouvement
    rampant, une oblique aspiration vers la remontée, l’issue et la délivrance
    que des forces contraires refoulent, maintiennent au sol, condamnent
    à la retombée perpétuelle.
    Des spectateurs ont pu se scandaliser de ne pas retrouver dans la
    vision du chorégraphe la moindre parcelle de ce que la musique de
    Messiaen leur suggère, mais c’est méconnaître la parfaite subjectivité
    qui relie pour chacun d’entre nous le son à l’image : demandez à dix
    auditeurs d’une partition de Bach ce qu’ont été les tableaux proposés
    à leur imagination par cette musique, et vous constaterez qu’il ne
    s’en trouvera jamais deux qui coïncident. La totalité des résultats, au
    contraire, formera autour du noyau central comme autant de rayons
    divergeants. De l’unique base de départ, i l vous sera facile d’observer
    la dispersion de l’envol aux quatre horizons de la sensibilité…
    L’ensemble du corps de ballet, plié, rompu à la volonté de Roland
    Petit, mérite un éloge collectif, d’où i l convient pourtant de détacher
    le nom du jeune et principal interprète, Georges Piletta, dont se sont
    les débuts en qualité de danseur-étoile. I l s’y est révélé admirable de
    fluidité et d’expressive exactitude.
    PIERRE AUDINET

    J'aime

    • Chère Claudie, Mille fois « merci » pour cet écrit qui a donné à mon frère, grâce à Roland Petit, qui , en fait après Béjart, l’avait choisi en Etoile alors qu’il n’était que 1er danseur : scandale ! C’est le plus beau de rôle de sa carrière : chaque danseuse Etoile représentant l’homme de sa naissance à sa mort. Il terminait le spectacle avec des plaies partout ! Il descendait du haut de la scène en grand écart en se tenant à une corde , Pompidou le fit attendre 10’, en retard…Il l’a maudit, et il descendait en restant sur scène avec les jambes qui ne touchaient pas le sol. J’ai mis sa photo sur mon blog !Quel danseur…Tu m’as fait plaisir , en retrouvant cet article…je le mettrai dans un livre virtuel sur sa carrière. Malheureusement, je ne l’ai pas revu depuis 10 ans car je n’ai pu lui donner une greffe osseuse pour le sauver , même après avoir passé tous les examens. J’ai une carotide cervicale bouchée et les docteurs ont refusé, malgré ma demande. Bilan : plus un coup de téléphone , plus de frère, plus de fils et de petits enfants…La vie est bien décevante, non ?.Tu le sais , n’est-ce pas ? Plein de bisous. PS : Comment avoir un code pour s’inscrire sur ton blog ???Et aller te lire…

      Provenance : Courrier pour Windows 10

      ________________________________

      J'aime

  4. claudielapicarde

    Rencontré sur la côte d’Opale donc pas très loin de chez moi, joli texte et belle rencontre.
    Bises et ravie de te lire.

    J'aime

  5. Si agréable de te lire, Dan !!! Atelier superbement relevé chargé de ce souvenir inoubliable, en effet !!!
    Bon vendredi !
    Bises♥

    J'aime

  6. Un amour qui te permet aussi de partager avec nous d’excellents souvenirs . J’aime tes récits d’aventures dans le mode entier .
    Bonne soirée Dan
    Bisous

    J'aime